«Envisageons avec courage la transformation numérique»

Une administration fédérale en pleine mutation: le congrès 2019 sur l’informatique fédérale était consacré à la transformation numérique.        

Cette année encore, le congrès sur l’informatique fédérale était consacré à la transformation numérique. Ce sujet avait déjà été au cœur des deux dernières éditions. «Les fois précédentes, nous avions présenté la situation au Danemark et abordé les projets de numérisation dans les cantons», a indiqué Peter Fischer, le délégué au pilotage informatique de la Confédération, en accueillant plus de trois cents visiteurs au Stade de Suisse. «Aujourd’hui, nous allons examiner de plus près la transformation numérique au sein de l’administration fédérale».

«Ayez le courage d’apporter vos idées»

bundesinfo-15
Président de la Confédération Ueli Maurer

Au début de la conférence, le président de la Confédération Ueli Maurer a fait part au public de ses réflexions sur la transformation numérique. «Nous sommes en pleine période de changement. Un proverbe chinois dit: lorsque souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d’autres des moulins. Trop souvent, à l’administration fédérale, la transformation numérique se heurte à des obstacles au lieu d’être vue comme une source d’occasions à saisir.»

«Pour que l’administration fédérale puisse profiter des possibilités techniques qui s’offrent à elle, le dialogue entre les professionnels de l’informatique, les offices spécialisés et le monde politique doit être renforcé. Une certaine disposition à prendre des risques en fait également partie. Peut-être un projet vous donnera-t-il l’occasion de simplement penser à un processus d’affaires d’une manière différente. Donnez-vous quatre semaines et essayez de voir si votre approche fonctionne.»

L’administration fédérale est sur la bonne voie de la transformation numérique, même si le processus n’est pas aussi rapide qu’on pourrait le souhaiter. «Les experts, c’est vous. Vous connaissez les possibilités techniques», a déclaré Ueli Maurer. «Participez activement au débat et proposez des solutions pour que nous puissions saisir les occasions qui se présentent en cette période de changement.»

Nécessité d’une étroite collaboration entre les affaires et l’informatique

bundesinfo-17
Peter Fischer, le délégué au pilotage informatique de la Confédération

Pour Peter Fischer, il est également clair que la transformation numérique exige une coopération étroite entre les affaires et l’informatique. «Nous voulons enthousiasmer nos clients avec nos prestations. Nous nous devons de leur offrir des services numériques sans faille, peu importe les heures de bureau. Lorsque nous nous interrogeons sur la façon de concevoir nos processus d’affaires pour atteindre cet objectif, nous avons déjà fait un pas important dans la bonne direction.» 

«Pour y parvenir, il faut combiner les compétences; l’informatique ne constitue qu’une partie de l’ensemble. L’orientation vers les clients est tout aussi importante, de même que la disposition des affaires et de l’informatique à relever les défis conjointement, en véritables partenaires.» 

«Une véritable chance de changement s’offre à nous: d’ici 2023, un tiers de nos applications spécialisées devra être renouvelé sur le plan technique. C’est l’occasion de redéfinir les processus d’affaires et de contribuer à la transformation numérique de l’administration fédérale», a commenté Peter Fischer. 

Un traitement numérique des affaires de A à Z

Le programme GENOVA forme une autre pièce du puzzle de la transformation numérique de l’administration fédérale. Viktor Rossi, le vice-chancelier de la Confédération, Markus Meewes, le responsable du programme GENOVA à la Chancellerie fédérale, et Felix Moser, le responsable adjoint du programme GENOVA, ont montré où en est la mise en place du système de gestion électronique et uniformisée des affaires Acta Nova et ce que celui-ci peut apporter à la transformation numérique de l’administration fédérale. Actuellement, environ 1300 collaborateurs travaillent avec ce logiciel. Les unités administratives restantes suivront d’ici la fin de 2020. Acta Nova offre aux collaborateurs la possibilité de traiter sans discontinuité et numériquement leurs processus opérationnels dans un seul et même environnement. Comme l’ensemble de l’administration fédérale implémente le même système, des collaborateurs d’unités différentes pourront être intégrés dans des processus interorganisationnels. 

Un exemple pratique a montré aux participants le fonctionnement de ce système, à savoir l’octroi des concessions de radiocommunication. À l’avenir, les radioamateurs pourront demander leur licence auprès de l’Office fédéral de la télécommunication sur un portail Internet. Les demandes seront ensuite attribuées dans Acta Nova aux collaborateurs spécialisés compétents afin d’être traitées. Le traitement des affaires se fera du début à la fin dans le logiciel. 

Un système central stable pour la transformation numérique

Les programmes «SUPERB» et «Systèmes ERP D/ar» forment actuellement le projet informatique le plus important de l’administration fédérale. Roger Schmid, le chef du programme SUPERB à l’UPIC, et Norbert Schwaller, le responsable du programme «Systèmes ERP D/ar» au DDPS, ont présenté au public les chances et les défis de ces deux programmes stratégiques. 

Aussi bien l’administration fédérale civile que l’armée utilisent les systèmes SAP pour leurs processus de soutien (ressources humaines, finances et logistique). La version actuelle arrive au terme de son cycle de vie. «La suite S/4HANA de SAP qui lui succédera est totalement nouvelle», a expliqué Roger Schmid. «Au lieu de simplement transférer tels quels les processus de soutien existants, le nouvel environnement SAP offrira la possibilité de les harmoniser et de les simplifier. À l’avenir un système commun sera utilisé pour toute l’administration fédérale, y compris pour les domaines civils du DDPS. Pour les processus de soutien de l’armée, un système pouvant être découplé de celui-ci et destiné à la gestion des engagements sera mis en place.» 

Certains indicateurs montrent l’importance de ces systèmes: environ 1,2 million de paiements sont traités chaque année, quelque 450 000 fiches de paie sont établies et 3400 bâtiments sont gérés. De nombreuses applications spécialisées ont également des interfaces avec l’environnement SAP et utilisent une partie de ses fonctions. Ce renouvellement permettra de créer un système central stable et moderne pour la transformation numérique de l’administration fédérale.

Ensemble contre les menaces dans le cyberespace

Von La sécurité de l’infrastructure informatique de l’administration fédérale revêt la plus haute importance. Presque tous les jours, la presse relate des cas de cyberattaques contre des entreprises et des organisations. Afin de prémunir l’administration fédérale contre ce risque, diverses organisations internes de sécurité collaborent étroitement. Monica Ratte, déléguée à la sécurité informatique de la Confédération à l’UPIC, Christoph Ehret, le chef par intérim du milCERT à la BAC, Hans Rudolf Hänni, le chef de l’équipe CSIRT à l’OFIT, et un analyste de l’équipe GovCERT pour MELANI ont donné un aperçu de leur travail quotidien que représente la protection informatique contre les cyberattaques. En prenant l’exemple d’une vague actuelle d’attaques qui a touché diverses entreprises, ils ont montré les agissements des cyberattaquants et les dommages qu’ils causent. 

Pour se prémunir contre de telles attaques, les organisations de sécurité doivent travailler en étroite collaboration et partager leurs connaissances. Une plate-forme commune est également utilisée à cette fin: elle permet d’enregistrer les incidents et les fichiers journaux et de les comparer à d’autres incidents. Les résultats de ces analyses peuvent ensuite déboucher sur des mesures préventives telles que le blocage des sites Internet infectés, mais aussi être utilisés pour détecter des attaques. 

Mettre en œuvre rapidement ce qui promet le plus d’avantages

À la fin de la conférence, Viktor Rossi, le vice-chancelier de la Confédération, Laurent Perriard, le directeur suppléant de la direction consulaire au DFAE, Florian Schütz, le délégué de la Confédération à la cybersécurité au SG-DFF, Dirk Lindemann, le directeur de l’OFIT, et le divisionnaire Thomas Süssli, le chef de la BAC (et, à partir de 2020, le nouveau chef de l’armée), ont discuté des facteurs de succès de la transformation numérique à l’administration fédérale. Les intervenants se sont accordés à dire que cette transformation ne pourra réussir que si les offices spécialisés et les services informatiques s’attellent ensemble à ce chantier, soulignant qu’il faut avoir le courage de faire face aux incertitudes et de mener ce projet rapidement et en petites étapes concrètes. 

Vous trouverez les présentations et les impressions de la conférence 2019 sur l’informatique fédérale en cliquant sur le lien suivant: https://intranet.isb.admin.ch/isb_kp/fr/home/dokumentation/veranstaltungen/tagung-bundesinformatik-2019.html

bundesinfo-21
De gauche à droite: Peter Fischer, délégué au pilotage informatique de la Confédération, Laurent Perriard, directeur suppléant de la Direction consulaire du DFAE, Viktor Rossi, vice-chancelier de la Confédération, Dirk Lindemann, directeur de l’OFIT, divisionnaire Thomas Süssli, chef de la BAC (nouveau chef de l’armée à partir de 2020), et Florian Schütz, délégué de la Confédération à la cybersécurité

La conférence est organisée par les fournisseurs de prestations que sont l’Informatique du DFAE, le Centre de services informatiques du CSI-DFJP, la Base d’aide au commandement (BAC), l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication (OFIT), le Centre de services informatiques du DEFR (ISCeco), en collaboration avec l’Unité de pilotage informatique de la Confédération (UPIC).


Interlocutrice à UPIC: 

Gisela Kipfer
Responsable de la communication de l’UPIC
tél.:
058 465 04 64

Texte: Daniel Wunderli 

 

https://www.bit.admin.ch/content/bit/fr/home/documentation/le-magazine-eisbrecher/eisbrecher-archiv/kundenzeitschrift-eisbrecher-ausgabe-75/tagung-bundesinformatik.html