Une deuxième vie pour les appareils qui ne servent plus

L’OFIT propose à ses clients deux options pour les smartphones et tablettes obsolètes. Les départements et offices peuvent désormais soit utiliser le processus de revente et offrir une seconde vie aux appareils intelligents dont ils n’ont plus l’utilité, soit les éliminer au moyen du processus ad hoc.            

Dans les ménages suisses, les smartphones obsolètes qui ne sont plus utilisés finissent la plupart du temps au fond d’un tiroir ou d’une armoire. On estime ainsi que plus de 8 millions de smartphones prennent la poussière dans un coin. Si l’on considère la valeur des déchets électroniques, cela représente une somme considérable, évaluée à plus de 60 millions de francs. Pour les quelque 38 500 employés de l’administration fédérale (environ 35 000 équivalents plein temps), ce sont jusqu’à 4500 appareils par an qui sont concernés. Pour que les appareils intelligents qui ne servent plus puissent faire leur come-back, l’OFIT a mis au point une solution clé en main à disposition des offices depuis la mi-février.

Les appareils intelligents sont acquis par les offices, qui en sont donc propriétaires. À ce titre, ils sont responsables de leur élimination au terme de leur cycle de vie. Celle-ci ne fait pas l’objet d’un processus standardisé et chaque office la réglemente à sa manière. Dorénavant, l’OFIT propose deux processus garantissant une réutilisation ou une élimination sûre, écologique et économique.

reselling

Entre 10 et 85 francs selon le modèle

Les smartphones et tablettes usagés ont une valeur résiduelle et peuvent être soit revendus, soit réutilisés. C’est à cela que sert le processus de revente.

La valeur effective dépend du modèle, de l’aptitude à fonctionner et de l’état général de l’appareil, ainsi que de la valeur du marché des appareils intelligents usagés. Le partenaire de revente accepte aussi bien les appareils endommagés que ceux qui sont intacts. Il n’y a pas de quantité limite. «Nous recommandons de rassembler les appareils et de les transmettre en grand nombre pour la revente, par exemple une ou deux fois par an. Il ne faut toutefois pas oublier que la valeur de vente baisse avec le temps», explique Matthias Heri, gestionnaire de produits à l’OFIT. En fonction du modèle et de l’état de l’appareil, la revente peut rapporter de 10 à 85 francs. Les offices travaillent directement avec le partenaire de revente. Les recettes des ventes reviennent directement à l’office, sans aucune déduction.

Pour les produits de la marque Apple, il est important de désactiver la fonction «Localiser mon iPhone» avant d’envoyer les appareils. L’utilisateur initial est le seul à pouvoir le faire. Les appareils qui ne remplissent pas cette condition ne peuvent pas être revendus. Leur valeur sera donc évaluée à 0 franc et ils seront éliminés.

Les appareils doivent avoir été soumis au processus réglementaire de résiliation du service de gestion des terminaux mobiles (Mobile Device Management, MDM) et leur contenu doit être totalement effacé. Plus aucune donnée relative à l’utilisateur ou à la Confédération ne doit se trouver sur l’appareil. Pour plus de sécurité, en arrivant chez le partenaire de revente, les appareils subiront un effacement ou un écrasement supplémentaire des données réalisé au moyen d’un logiciel. Un rapport certifiant l’effacement sera établi. À la fin mars, deux offices avaient déjà utilisé ce processus et revendu 42 appareils.

Le processus d’élimination est appliqué dans les cas où l’effacement des données n’est possible ni au moyen du processus de résiliation du service MDM ni manuellement. Les clients concernés peuvent s’adresser à l’OFIT pour éliminer ces appareils intelligents. Ceux-ci sont alors détruits mécaniquement et éliminés. Depuis l’introduction de cette option à la mi-février, l’OFIT a mis en œuvre ce processus d’élimination pour cinq offices.

L’OFIT, un précurseur

L’automne dernier, l’OFIT a mené un essai pilote pour le processus de revente des appareils intelligents, avec la participation de deux partenaires de revente. L’OFIT a testé les processus de chacune des entreprises et en a retenu une comme partenaire.

Le service Gestion de l’intégration et de l’information de l’OFIT a ainsi revendu quelque 150 appareils intelligents en 2018. À ce moment-là, la résiliation du service MDM et la désactivation de la fonction «Localiser mon iPhone» étaient déjà des conditions essentielles. Ces ventes ont produit des recettes d’environ 4000 francs. Pour cette année, l’OFIT compte à nouveau envoyer 100 à 150 appareils à la revente. Le processus est extrêmement simple. Le partenaire de revente s’est révélé proactif, le retrait des appareils à l’office est gratuit et le transport est assuré. À l’OFIT, l’utilité du processus de revente ne fait aucun doute. «Nous permettons aux appareils d’avoir une seconde vie, tout en ménageant l’environnement. Peu d’appareils encore en état de fonctionner sont éliminés», affirme Pierre Fülleman, chef du service Gestion de l’intégration et de l’information et responsable de l’intégration à l’OFIT.


Contact à l'OFIT:

Matthias Heri 
Gestionnaire de produits
Tél.: 058 466 79 04

Texte: Rinaldo Tibolla


https://www.bit.admin.ch/content/bit/fr/home/documentation/le-magazine-eisbrecher/eisbrecher-archiv/kundenzeitschrift-eisbrecher-ausgabe-73/reselling.html